L’homme qui valait 3 milliards

, par  MiKaël Navarro , popularité : 28%
Raspberry Jam
Vendeur d’armes (humain) mais pas que…
A quitté Seattle pour Nice où il a monté sa petite affaire…

C’est lors de mon dîner au McDo, un petit resto chic dans le vieux Nice (une référence à une grande chaine de restaurants avant l’éveille, spécialisée dans les hamburgers, d’après le patron), que j’ai reçu le premier appel.
Il s’agissait du premier contact d’un Mr. Johnson pour une mission d’extraction d’un chercheur avec son prototype de cyberware.
J’aurais été recommandé par des gens du milieu, chose que je m’empresse de vérifier sur le champ auprès de G. DiNatale mon contact au sein de la mafia locale. Une fois rassuré, l’entretien se poursuit…

La mission concerne Jeremiah Singh, un chercheur travaillant au sein de la corpo NeoNet à Toulon. Le deal est de le soustraire avec son invention et de le conduire à un endroit sûr où l’on recevra l’intégralité de notre salaire.

Daktari
Doc des rues (nain) ancien Doc Wagon à Seattle.
Déclaré pour mort, épargné par Fusion (Ganger et Riggeuse Orke) des Death Heads. C’est expatrié en Europe, à Nice, où il tient une clinique des ombres.
Occasionnellement il accepte un contrat de support médical pour Shadowrunners, et sur son temps libre fait du recèle de cyberware (prélevé sur ses patients).

Je décide donc de contacter Daktari, un ancien DocWagon spécialisé dans le cyberware et la biotechnologie.
Nous décidons de commencer par examiner / surveiller le lieu de travail / de vie de notre cible…
L’archologie NeoNet est sur les hauteurs de Toulon, elle comporte 4 niveaux, les employés les plus importants étant confinés sur place, les quartiers résidentiels sont au dernier niveau.

Je fait intervenir mon contact Guard-a-Manger, spécialisé dans l’alimentation, afin de nous faire entrer au niveau du service de restauration.
Pendant une semaine on fait notre place, on se fait connaitre, … et on observe les employés, le va-et-vient des gardes, … on se fait ami-ami avec les hackers responsables de la sécurité…

Avec Daktari on établi un plan d’action : lui se faisant passé pour un futur candidat, grâce à ses compétences en biotechnologie, et moi en rendant malade nos hacker. L’opération est prévu le soir même…
Il est tard, y-a peu de monde à la cafet, une fois nos hackers neutralisés dans les toilettes on fonce avec leurs badges aux étages supérieurs…
Jeremiah, prévenu de notre venue, attend notre visite, on se dirige donc au niveau des labo R&D ; on y neutralise 2 gardes de la sécurité et on bloque l’ascenseur aux éventuels renforts.
On espérait partir immédiatement mais le prototype de cyberware (des réflexes câblés d’un nouveau genre), objet aussi de notre mission, n’est pas là ! Il a été implanté sur un cobaye malgré lui, un ouvrier de bas rang.

On décide alors de déclencher l’alarme incendie et de descendre par les issues de secours sur les extérieurs du bâtiment. En bas, sur les indications de Jeremiah, on se place au niveau des vestiaires des ouvriers, faisant mine de diriger l’évacuation on le soustrait discrètement et on l’embarque dans le van de Daktari, direction Nice et notre solde… ! Encore une mission sans accros… !