Mesures de confinement

, par  Didie, MiKaël Navarro , popularité : 46%

Mi-décembre - fin décembre 2070 :

Les runners sont escortés à Frescaty par Delcourt et ses hommes.
Après s’être vus attribués des quartiers (un dortoir indépendant) et offerts quelques heures de repos, les runners sont priés de se présenter en salle de débriefing.

Pour rappel les Rad Wars sont des manœuvres militaires, regroupant pas moins de 12 contingents provenant de 8 corpos et 4 nations soit environ 250 hommes, mais c’est surtout un méga show tridéo (sur le modèle des Guerres du Désert qui est un véritable succès depuis 2046) !
Le campement a été installé sur l’ancienne base aérienne française de Frescaty, et est composé de bâtiments en préfabriqué isolé chimiquement et contre les radiations. Les accès sont en surface via des tubes hermétiques en densiplast, le reste des installations est souterrain.
En marge des camps militaires, le centre de presse qui accueille les journalistes et les équipes de production de Sol Media, la Cantine où tous les militaires se retrouvent pour manger et se détendre, et des blocs habitables pour les professionnels gravitant autour des Rad Wars.

L’important, c’est de participer

14 décembre 8h, face à la baie vitrée du principal bâtiment du campement français, les runners observent avec fascination le va et vient des drones à l’extérieur, chargeant les caisses de munitions à bord des camions de transport, circulant entre les rangées de chars et d’hélicoptères. À côté, le direct de Sol Media est retransmis dans la fosse holo : les forces de Renraku, une nuée de drones volants et une escouade de Samouraïs rouges en armure sont en train de flanquer une raclée à celles de Proteus AG…

Un officier d’une quarantaine d’années, l’air peu amène, béret bleu nuit vissé sur son crâne rasé, traverse la salle d’un pas décidé, flanqué de Delcourt :
« Colonel Saintourens, je dirige ce détachement. Je crois que nous avons une opération à planifier, et pour je ne sais quelle raison, on m’a ordonné de vous faire participer au briefing. Suivez- nous. »

Les runners récapitulent donc l’avancement de leur enquête… pour résumer :

  • Plusieurs prisonniers sont retenus (depuis plus de 30 ans) dans une prison corpo de Revlup Security, le P2 à proximité de Greutzwald dans la zone de « la Décharge » ;
  • L’employeur des runners ne semble pas être le seul sur le coup, et des tueurs sont aux trousses de l’équipe ; Leur commanditaire est assez influent pour se payer une partie de la Garde ;
  • L’employeur des runners est lui aussi suffisamment influent pour obtenir le soutien de l’armée avec l’ordre d’assister les runners.

La Johnson intervient et fixe les objectifs :

  • Extraction des prisonniers (probablement ceux emprisonnés en même temps que Leoni) ;
  • Ramener toutes les pièces incriminantes (dossiers, vidéos, …).

Les runners sont ensuite convoqués pour un nouveau briefing le lendemain matin.

Hors réunion, Weasel, après s’être rencardé auprès du colonel, apprend finalement que leur employeur n’est autre que Karine Hadida, préfet de la région PACA et membre du parti du Renouveau républicain.
Il apprend de plus qu’une partie de l’élite française a peur de perdre ses privilèges, voire le pouvoir et que c’est ce qui se produira certainement suite à la libération de ces prisonniers.

Sous les drapeaux

Complexe P2 (niveau 0)

Le lendemain, au briefing, les runners apprennent que les militaires se chargeront des repérages à l’aide de drones furtifs.
Ils exposent aussi dans les grandes lignes le déroulement de l’opération « Mauvais Présage » :

  • Le soir du 24 décembre, lors de la demi-finale des Rad Wars opposant les forces françaises à Ruhrmetall, 2 chasseurs furtifs se détourneront…
  • Un quart d’heure avant l’heure H, Schrotter, via une équipe allemande, sabotera la centrale de France Énergie provoquant un black-out de quelques heures ;
  • Les chasseurs bombardiers mèneront une frappe ciblée sur les installations du complexe P2 ;
  • Ouvrant ainsi une voix à un assaut frontal pour une équipe d’extraction.

Mais, ce déroulement de mission n’est pas du goût de Weasel qui impose une approche plus subtile.
Ne connaissant pas le nombre et la localisation exacte des prisonniers, le complexe P2 étant déconnecté du réseau, il est nécessaire d’accéder aux terminaux du complexe pour ensuite guider les opérations d’extraction…, aussi :

  • 2 hélicoptères de transport seront préalablement envoyée aux abords du site ;
  • Les 2 chasseurs furtifs frapperont d’autres installations pour faire diversion ;
  • Pendant que 2 équipes s’infiltreront dans le complexe pour accéder au serveur central.
  • À partir de là l’extraction proprement dite sera enclenchée…

Une fois l’extraction effectuée, les prisonniers seront conduits hors de la SOX, où de nouvelles instructions seront transmises quand au lieu de livraison (gardé secret pour l’instant par peur de fuites)…

La séance est levée…

Les jours qui suivent est l’occasion pour nos runners de prendre du repos, réparer / remplacer l’équipement qui en avait besoin…
Théseus en profite pour mettre la main sur un lance-flammes et Weasel sur un cyberdeck de l’armée.

Mais, après quelques jours, à la Cantine lors du JT de 19h30 :
Les visages de Théseus, Weasel et Irshma sont diffusés l’afficheur tridéo géant du réfectoire par 4m sur 3 !
« Ces individus sont tous recherchés activement pour l’attentat qui a coûté la vie à 12 personnes dans le VIème arrondissement de Lyon la semaine dernière. »
Heureusement, les clichés sont de mauvaise qualité, et personne ne semble s’intéresser aux informations.
« EuroPol vient de demander la délivrance d’un mandat d’arrêt européen, et les autorités nationales et corporatistes ont d’ores et déjà assuré leur total soutien. Une mise à prix devrait être établie pour la capture de ces individus armés et dangereux… »

Les runners sont recherchés pour de multiples homicides ! Et sont coincés au cœur de la plus grosse concentration de militaires surentraînés à 500 bornes à la ronde.
Il est temps de faire profil bas, désormais ils ne quitteront plus leurs quartiers et se feront livrer les repas…

En contactant Hadida, leur meilleure bouée de sauvetage est de libérer les prisonniers… !

Opération Mauvais Présage

Complexe P2 (niveau -1)
Complexe P2 (niveau -2)
Complexe P2 (niveau -3 et inférieurs)

Les détails de l’opération ne seront pas exposés ici, car classifiés, d’autant plus que ça a été un fiasco !
Pourtant tout avait bien commencé, les prisonniers identifiés, extraits de leurs cellules respectives… mais la Cabale les attendait à leur sortie !
S’en est suivi un affrontement, révélant au grand jour l’opération illégale qui était en train de se dérouler, et une fuite en catastrophe.
Heureusement que le chaos occasionné par le sabotage de la centrale et les opérations militaires en cours pour les Rad Wars ont détourné l’attention de la Garde.
Nos runners et leurs évadés furent ainsi déposés en rase campagne, hors de la SOX à moins d’une heure de Dijon un peu avant l’aube.
L’armée française et l’unité de Delcourt, trop occupés à gérer les conséquences de l’opération, ne peuvent apporter plus de soutien...

Retour au monde

25 décembre 7h, sortis. Après tout ce temps passé dans le petit monde de la SOX, ce retour à l’extérieur a quelque chose d’irréel.
Les commlinks se remettent à biper, spamés par toutes sortes d’informations. Le décor, la végétation semble enfin normal.
Débarrassés de leurs combinaisons de protection, comme une seconde peau depuis des semaines, nos runners se sentent nus.
Ils n’ont qu’une seule envie, que tout se termine, mais tout n’est pas terminé, Weasel reçoit un message texte de Hadida : « Domaine de Bellevue, Ahuy. » (accompagné de codes d’accès).
Visiblement elle n’a pas l’air particulièrement enthousiaste, elle n’a même pas pris la peine d’appeler.

Adrien de Bourbon-Anjou
Cellule A-309 : 75 ans, ancien ministre des finances, allié à la Cabale aristocratique, l’un des éléments essentiels du Projet Présage.
Charlène de Clermont -Tonnerre
Cellule B-208 : Aristocrate elfe, un peu tête brûlée, une des premières deckers françaises, a failli s’évader en 2064.
Franck Maillot
Cellule C-102 : devin de la Guilde ayant participé derectement au Projet Présage aux côtés des aristocrates.

Accompagnés de leur bande de vieillards, les runners reprennent donc la route, encore une fois, en direction du lieu de livraison : Ahuy, un petit hameau de la banlieue nord de Dijon…

À proximité du domaine de Bellevue, un grand manoir, perdu au sommet d’une petite colline boisée, nos runners décident d’être prudent.
Speed Ghost, s’introduit dans la résidence et remarque qu’elle est fortement gardée par des gendarmes en uniformes armés de mitraillettes…
Sur le perron du bâtiment, Hadida, escortée par un gendarme et un assistant, parle nerveusement dans son commlink.

Les autres runners se présentent, Hadida les accueille d’un signe de tête, visiblement préoccupé, puis s’interrompt en apercevant la tête du premier prisonnier.
« Je te rappelle, » dit-elle simplement dans son commlink, avant de retirer son oreillette.
Puis son visage s’éclaire d’un sourire mi carnassier, mi soulagé. « Monsieur Bourbon. Bienvenue dans la VIIème République. »

Hadida reste à distance respectueuse. Une équipe d’hommes en combinaison NBC sort du manoir et encercle les runners.
« Pas d’inquiétude. Nous devons simplement nous assurer que vous êtes cleans. »

Ramasser les morceaux

Après décontamination, examens, plusieurs debriefing organisés par Basso, Hadida et un autre officier de renseignements les runners sont mis au secret au manoir pour quelques jours, puis payés et libérés…

Le lendemain, des rapports alarmants se multiplient sur la Matrice.
L’attaque du P2 a fuit, suscitant un tollé chez les autorités européennes pro-corporatistes.
Très vite les médias s’emparent de l’affaire et surnomment les prisonniers les « Six de la SOX… »

Dans les mois qui suivent la libération des prisonniers plusieurs scandales éclatent en France :

  • Les nobles d’abord sont pointés du doigt et condamnés lors de la révélation de l’existence et de l’ampleur du Projet Présage. Une véritable chasse aux sorcières s’ensuit, forçant les aristocrates à fuir. Le mouvement du Renouveau républicain de Kervelec trouve alors un nouveau souffle.
  • Mais rapidement, la lumière est faite sur l’assaut mené par l’armée française sur une enclave corpo de la SOX, et les corporations européennes réclament des sanctions exemplaires à la NCEE. Kervelc avait sous-estimé leur hostilité, et comptait sur le soutien de Lofwyr et de Saeder-Krupp. Malheureusement, le grand dragon se range aux côtés des corpos en condamnant la France.
  • Au printemps 2071, les corpos coordonnent une violente riposte économique contre la France, plongeant le pays dans une crise sans précédent. Mais en échange du sacrifice de l’une des plus grandes villes de la France, devenant par là même une enclave corporatiste, les corpos enclin à lever les sanctions…

La France se retrouve face à un nouveau statu quo : d’une part, le pouvoir des aristocrates conservateurs est durablement ébranlé, mais ils ne disparaîtront pas, près de 3 siècles après la Révolution française, ils ont toujours su se maintenir aux positions influentes.
Et puis ils restent puissants et nombreux dans de nombreux pays d’Europe, en Espagne, au Royaume-Uni, à Tir na nOg, dans les pays baltes, …